Réglementation

" Bande du vecteur eau " VS " gang de l'électron " : la RE2020 continue d’échauffer les esprits

LEYSENS, Eric | 7 février 2020 |

Après les acteurs du chauffage par vecteur eau, c’est au tour des acteurs de la filière électrique d’écrire au Premier ministre pour défendre le verdissement de l’électricité dans la RE2020.


La boite aux lettres d’Edouard Philippe ne reste jamais vide longtemps. Après les acteurs de la filière du chauffage par vecteur eau parmi lesquels l'AFG, la Fedene, le Cibe, Coénove, Enerplan ou encore l'UMGCCP et Uniclima, c’est au tour d’acteurs proches de l’électron de prendre la plume et de poster une lettre pour le 57 rue de Varenne.

Équilibre Des Énergies, Fédération Des Distributeurs De Matériel Électrique, Fédération Des Électriciens, Fédération Française Des Entreprises De Génie Électrique Et Énergétique, Groupement Interprofessionnel Des Fabricants D’appareils D’équipement Ménager, groupement des entreprises de la filière électronumérique française, Promotelec, réseau de rénovation Synerciel, tout les acteurs de la filière électrique ont apposé leur signature.

D’autres acteurs à priori moins proches de l’électron sont également de la partie. L’association Famille De France qui se donne « pour objectif de défendre les intérêts matériels et éthiques des familles » et la Fédération Française Du Bâtiment Grand Paris sont, de façons plus étonnantes, également signataires.

Voici ce qu’ils disent au premier ministre d’une seule voix :

« A l’heure où les décisions du Gouvernement en matière de lutte contre le réchauffement climatique sont critiquées par certaines associations professionnelles, nous saluons et soutenons votre détermination à mener la France, comme le prescrit la loi, vers la neutralité carbone.
La France s’est engagée à supprimer ou à compenser toutes les émissions de carbone issues de son parc immobilier d’ici à 2050. Nos études, comme celle de l’Administration, ont montré que cet objectif ambitieux ne sera pas atteint sans une réduction des consommations et un recours marqué à l’énergie électrique qui a le mérite d’être aujourd’hui quasiment décarbonée. Il s’agit en particulier de permettre aux pompes à chaleur de couvrir 40 à 60 % des besoins du parc de logements, selon les développements que pourront connaître les solutions alternatives alimentées par des sources renouvelables (solaire thermique, gaz renouvelable, géothermie, bois, réseaux de chaleur… ). Enfin, les technologies du moins et du mieux consommer sont indispensables à l’acceptabilité économique et sociale de cette électrification des usages, tant dans le résidentiel que dans le tertiaire. Le cadre réglementaire doit dès lors valoriser la gestion active de l’énergie, la flexibilité et l’autoconsommation à la hauteur de leur importance.
Nous en sommes loin aujourd’hui car les obstacles au développement de l’usage de l’électricité se sont accumulés au cours des quinze dernières années.
L’arbitrage relatif à la prochaine réglementation environnementale (RE2020) que votre gouvernement a rendu, tient compte des engagements pris pour la protection du climat. Il conduit à amender les outils et les méthodes de mesure de la performance énergétique qui entravent artificiellement le déploiement des solutions électriques décarbonées, sans pour autant que l’on puisse parler de révolution, ni même d’évolution majeure.
La méthode utilisée jusqu’à présent pour estimer le contenu carbone de l’électricité utilisée pour le chauffage aboutissait, selon l’Ademe, à une valeur de 147 grammes de CO2/kWh, et non pas 210 grammes comme soutenu par certaines organisations, alors que dans la réalité le contenu carbone à la production tel qu’estimé et publié quart d’heure par quart d’heure par RTE sur son portail ECO2mix, ne dépasse que très rarement en hiver 80 grammes. Ainsi, en janvier 2020, il n’a jamais dépassé 75 grammes de CO2/kWh. Le niveau de 79 grammes de CO2/kWh, calculé par une méthode bien plus satisfaisante que l’ancienne, se révèle cohérent avec les observations que l’on peut faire à la production.

La consommation d’électricité se trouve encore aujourd’hui pénalisée par un coefficient de conversion en énergie primaire de 2,58 datant de 1972. Ce coefficient de conversion est un concept d’agrégation statistique des énergies entre elles qui comporte une forte part d’arbitraire. Il est de 1,6 en Suède et la Commission européenne a proposé récemment aux Etats membres d’utiliser le coefficient de 2,1. L’arbitrage consistant à baisser le coefficient de 2,58 à 2,3 est un pas dans la bonne direction, mais y voir « une manipulation portant atteinte aux priorités annoncées par la Gouvernement » n’a aucun fondement.

Les décisions prises, même si elles ne nous donnent pas entièrement satisfaction, corrigent un système qui ne permet pas aujourd’hui à la France de déployer pleinement les solutions décarbonées nécessaires à l’accomplissement de son projet pour le climat.

Face aux attaques injustifiées de ceux qui veulent prolonger le recours aux énergies fossiles ou qui s’opposent pour des raisons dogmatiques au développement de l’électricité, nous réaffirmons notre adhésion aux efforts du Gouvernement dans sa politique de décarbonation. Avec la mobilisation de toute la filière, elle permettra à la France de se rapprocher de la neutralité carbone voulue pour 2050 ».



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Le plein de nouveautés et d'innovations

    Une véritable vitrine des nouveautés et innovations des secteurs du bâtiment et de l’énergie

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Les temps forts du salon

    Un concentré d’animations et de temps forts pour découvrir, se former, s’informer

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ BEPOSITIVE

    Découvrez les ateliers du génie Climatique

    Animés par Génie Climatique Magazine et l'UMGCCP, les ateliers du génie climatique sont proposés sur les 3 jours du salon. Découvrez ci-dessous le programme.

    24 janvier 2019

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services