Réglementation

RE2020 : l’administration annonce maintenant un abaissement du coefficient d’énergie primaire de l’électricité à 2,3

LEYSENS, Eric | 27 novembre 2019 |

Dans un document présenté aux parties prenantes de l’élaboration de la future RE2020, l’administration annonce un abaissement du coefficient d’énergie primaire de l’électricité de 2,58 à 2,3. Cet arbitrage pourrait signer le grand retour du radiateur électrique dans le neuf.


Présenté lors d’une réunion de concertation le 7 novembre dernier ( et mis en ligne sur http://www.batiment-energiecarbone.fr), le document intitulé « Evolutions de la méthode d’évaluation Energie Carbone et indicateurs testés en vue de la RE2020 » semble vouloir cranter un certain nombre d’arbitrages de la DHUP et de la DGEC, bras armés des ministères de la transition écologique et solidaire et de la cohésion des territoires.

A la lecture de ce document, on constate que l’administration semble finalement vouloir introduire un nouveau coefficient d d’énergie primaire de l’électricité qui serait abaissé de 2,58 aujourd’hui dans la RT 2012 à 2,3 dans la RE2020.

Après voir proposé lors d’une précédente réunion de concertation en avril 2019 un coefficient de 2,1 qui avait engendré une levée de bouclier de la part de nombreux acteurs du génie climatique, ce choix du 2,3 semble être le fruit d’un compromis.

« Faut-il le rappeler, le coefficient d’énergie primaire de l’électricité est une réalité physique, et non une valeur négociable. Pourquoi proposer 2,1, puis 2,3 ? Est-ce un marchandage ? », souligne Thierry Rieser, gérant du BE Enertech qui a activement participé aux travaux techniques préparatoires de la RE2020. « En accord avec les règles Européennes, nous devrions adopter la valeur actuelle du coefficient telle que définie par le scénario présenté par la DGEC elle-même en avril 2019, soit 2,74, et le réviser dans 5 ans pour suivre les évolutions réellement constatées ! Ad minima le maintien du statuquo à 2,58 pourrait être une solution raisonnable qui éviterait de rouvrir ce débat explosif ».

Modification de l’impact carbone du chauffage électrique en parallèle

Ce dernier est d’autant plus inquiet qu’à cette modification du coefficient d’énergie primaire de l’électricité pourrait s’ajouter une évolution de l’impact carbone du chauffage électrique qui pourrait être de réduit de 210 gCO2/kW.h dans le label E+C- à 80 gCO2/kW.h,

« Alors que le 80 gCO2/kW.h est une valeur proche de la moyenne annuelle des émissions carbone du mix énergétique français,la valeur de 210gCO2/kWh provient de la base Carbone de l’Ademe établie en 2013, et prend en compte le fait qu’en moyenne mensuelle hivernale le mix énergétique s’appuie sur un recours important aux énergies fossiles, à cause précisément du chauffage électrique. Nous ne comprenons pas ce qui justifierait physiquement d’abaisser ce coefficient dans la RE2020. Il est donc important de maintenir cette valeur hivernale dans la future réglementation, quitte à anticiper des évolutions du mix français à l’avenir, et adapter la valeur au fil du temps aux évolutions constatées objectivement », explique Thierry Rieser.

Si ces arbitrages étaient gravés dans le marbre de la RE2020, le radiateur électrique pourrait bien faire son grand retour dans le neuf après avoir été expulsé manu-militari avec la RT2012.

PAC VS radiateur électrique

Mais pour Thierry Rieser si le souhait du gouvernement est de « décarboner le chauffage » avec des solutions électriques nul besoin de faire mentir la physique.  « La pompe à chaleur performante, c’est à dire avec un coefficient de performance (COP) annuel supérieur à 3, est déjà gagnante sur tous les tableaux en prenant en compte les coefficients physiques actuels. Pour l’énergie, si on ramène le COP annuel à un rendement en énergie primaire 3 / 2,74 = 109%, c’est déjà un rendement annuel en énergie primaire supérieur ou égal à toute chaudière gaz. Et sur le carbone, avec le coefficient physique de 210 gCO2/kW.h pour l’électricité pour le chauffage, la PAC émet 210 / 3 = 70 gCO2 par kW.h de chaleur produite, c’est déjà bien mieux qu’une chaudière gaz à environ 240 / 95% = 252 gCO2 par kW.h (pour une hypothèse de rendement annuel de 95%, sachant qu’une autre hypothèse ne changerait pas l’ordre de grandeur) », détaille l’ingénieur.

Affaire à suivre…



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Le plein de nouveautés et d'innovations

    Une véritable vitrine des nouveautés et innovations des secteurs du bâtiment et de l’énergie

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Les temps forts du salon

    Un concentré d’animations et de temps forts pour découvrir, se former, s’informer

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ BEPOSITIVE

    Découvrez les ateliers du génie Climatique

    Animés par Génie Climatique Magazine et l'UMGCCP, les ateliers du génie climatique sont proposés sur les 3 jours du salon. Découvrez ci-dessous le programme.

    24 janvier 2019

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services