Réglementation

« Le retrait de la chaudière fioul du CITE n’aura pas les conséquences bénéfiques que Nicolas Hulot espère »

Propos recueillis par Eric Leysens | 6 octobre 2017 |

Président de l’UECF-FFB, syndicat fédérant 6300 entreprises du génie climatique, Gérald Gallier nous livre son sentiment sur l’annonce de l'expulsion de la chaudière fioul à condensation du dispositif de crédit d’impôt.

Quel est le poids du chauffage au fioul en France ?
Le chauffage au fioul s’est très largement développé à la fin des années 1960 et a naturellement remplacé le charbon dans les zones non desservies par un réseau de gaz naturel, autrement dit en milieu rural ou périurbain, où les ménages sont très souvent en situation de précarité énergétique. Puis sa progression a été stoppée nette sous l’influence conjointe de l’explosion du prix du pétrole et de l’extension du réseau de gaz naturel.

Il subsiste, à ce jour, un parc d’environ 3 000 000 d’appareils -  dont environ 1 000 000 ont plus de 25 ans - qui diminue désormais lentement.

 

Ce parc de chaudières fioul vieillissantes se renouvelle à quel rythme ?

Un rythme faible. En 2016, il s’est vendu environ 55 000 chaudières fioul dont 32 000 à condensation. Ces ventes ne concernant que la rénovation, nous pouvons estimer que le taux de remplacement du parc de chaudières fioul existant est de l’ordre de 2%. Néanmoins, il faut souligner que le marché de la condensation fioul a connu une progression de plus de 50 % sur les trois dernières années, ce qui est très favorable pour la baisse des consommations de fioul et donc la baisse du rejet de gaz à effet de serre.

 

 

Le retrait de la chaudière fioul à condensation du crédit d’impôt doit normalement être acté dans la loi de finances 2018 et le ministre de la transition écologique et solidaire a même précisé qu’il y aurait une rétroactivité et que "les chaudières au fioul ne sont plus éligibles au crédit d’impôt à compter du 27 septembre 2017". Pensez-vous que cette mesure aurait des conséquences bénéfiques sur le renouvellement du parc existant ?

Ajoutée à des échéances déjà prévues (renforcement des exigences sur les émissions de NOx en 2018 par exemple), la suppression du CITE pour les chaudières à condensation fioul mettrait un terme définitif à la rénovation des installations existantes. Ce qui aurait comme triple conséquence : le vieillissement du parc,  l’absence d’économies d’énergie et  la non diminution des émissions de gaz à effet de serre.

 

 

Mais Nicolas Hulot ambitionne que les chaudières fioul basculent vers une autre énergie et va notamment, de manière à encourager leur remplacement, mettre en place, via le mécanisme des CEE, des « super-primes » pour le passage d’un équipement fonctionnant au fioul vers des équipements alimentés en énergies renouvelables. Cela peut booster la rénovation énergétique ?

Il est illusoire de penser qu’il sera possible de basculer une grande partie des chaudières fioul vers une autre énergie, tout particulièrement chez les ménages en situation de précarité énergétique et de surcroit avec des équipements qui, même bénéficiant d’aides partielles, restent à un niveau d’investissement très supérieur à celui d’une chaudière fioul à condensation.

Même en tenant compte de la future prime « coup de pouce CEE » destinée aux ménages précaires pour le remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière à condensation gaz, une chaudière biomasse ou bien encore une pompe à chaleur, ainsi que du CITE sur ces équipements (qui sera réservé aux installations très haut de gamme), nous estimons que le « reste à charge » pour des consommateurs « précaires », après déduction des deux aides, variera entre 3 200 € pour le passage à une chaudière condensation gaz (sachant qu’il n’y a pas de gaz de ville dans ces localités... ) et 12 600 € pour le passage à une chaudière à granulés. Les investissements initiaux pour le ménage allant eux de 5 000 à 20 000 €.

Les ménages souhaitant remplacer leur chaudière fioul existante risquent donc de ne pas passer à l’acte ou de se détourner de toutes les solutions les plus performantes pour opter pour une chaudière basse température, plutôt qu’une condensation…

De passage ce vendredi 6 octobre aux « 24 heures du Bâtiment » - évènement organisé par la FFB -, le Président de la République a semblé disposé à écouter les craintes des acteurs sur la réforme du CITE. Pensez-vous que la discussion soit encore possible au sujet du fioul ?

Rien n'est gagné mais nous avons eu le sentiment que le Président a compris nos messages et nous pensons pouvoir en rediscuter rapidement avec le gouvernement.


Lire notre article Exemples concrets de la "prime Hulot" encourageant le passage du fioul au bois


 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mardi 7 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mercredi 8 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du jeudi 9 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services