Réglementation

Individualisation des frais de chauffage : connaîtrons-nous vraiment ce que nous consommons ?

| 20 avril 2017 |

A l’heure où l'obligation d’individualisation des frais de chauffage devient effective dans les immeubles collectifs les plus énergivores, le bureau d’études Enertech publie les conclusions d’une étude visant à établir si l’installation de répartiteurs de frais de chauffage va permettre de déterminer avec fiabilité la quantité de chaleur consommée, et ainsi de répartir avec justesse les frais de chauffage dans les immeubles collectifs.

Opposée à l’individualisation des frais de chauffage, l'Association des responsables de copropriété (ARC) a missionné Enertech pour étudier la fiabilité de l’individualisation des frais de chauffage via l’implantation de répartiteurs sur les radiateurs. La conclusion de Sébastien Baurain, ingénieur chez Enertech en charge de l’étude, n'est pas très optimiste.

 

" La répartition à l’aide de répartiteurs de frais de chauffage, qui ne fournissent pas, rappelons-le, une mesure de consommation mais uniquement une estimation de la part d’énergie fournie, est très imprécise et les erreurs relatives vont  se cumuler :

  1.   Erreur  liée  à  l'identification  approximative  du  radiateur  et  de  ses  caractéristiques .  Elle  peut  atteindre 20 à 30 %.

  2.   Erreur  sur  le  positionnement  du  répartiteur  sur  le  radiateur  conduisant  à  une  incertitude  importante sur la température moyenne de celui - ci. À titre d'exemple une incertitude de 3 K sur  cette  température  moyenne  peut  conduire  à  une  erreur  de  20  %  si  l'écart  de  température  émetteur/local est de 20 K.

  3.  Erreur sur la valeur réelle de la température ambiante. Si cette erreur est de 3 K, l’erreur sur le résultat peut aller de 10 à 20 % pour des écarts de température émetteur/local de 40  et de 20 K.

  4.  Enfin, il restera toujours une erreur intrinsèque liée à la mesure de température elle - même : une  précision de +/ - 0,5°C serait déjà une bonne chose mais elle conduit à des erreurs de plusieurs %.


Cette accumulation d’imprécision peut entrainer une erreur d’estimation très importante. De plus, certaines de ces erreurs sont liées.  Les  répartiteurs  sont  des  dispositifs  plus  simples  et  moins chers  que  les compteurs  de  chaleur mais  on  ne peut les considérer comme des matériels fiables en matière de répartition des charges de chauffage. Les  conditions  nécessaires  pour garantir  cette  fiabilité  sont  beaucoup  trop  nombreuses et  certaines  d'entre  elles  pratiquement  impossibles  à  satisfaire  sur  des  installations  anciennes; si  bien  que  l'erreur  associée  à  ces  dispositifs  sera  selon  toute  vraisemblance, de  plusieurs  dizaines  de  %.  On  ne  voit  pas  comment de telles incertitudes de mesure pourraient introduire plus d’équité dans le partage des  charges. Elles conduiront au contraire à multiplier les contestations", conclut Sébastien Baurain

 

Enertech invite donc à se diriger, dans les configurations où cela est possible, vers le compteur de chaleur, solution plus onéreuse mais qui permet la mesure physique de la quantité de chaleur consommée.  Le bureau d’études rappelle tout de même qu’un  soin  particulier  doit  être  porté  à la  pose  des  sondes pour  obtenir une mesure fiable et que ce dispositif nécessite également un réseau non emboué.

 

Lire notre article « Sans sensibilisation, l’individualisation n’est rien »

 

Voir notre interview vidéo du président du Syndicat de la Mesure




PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUE

    BePOSITIVE : les solutions pour l’efficacité énergétique des bâtiments se dévoilent à Lyon.

    Confort thermique et climatique, gestion de l’eau, équipements électriques, pilotage et gestion active des bâtiments : découvrez tous les produits, services et technologies grâce à un espace dédié à toutes les énergies dans le bâtiment.

    13 janvier 2017

  • Publi-communiqué

    Découvrez BePOSITIVE 2017.

    Face aux nombreuses mutations du secteur et aux enjeux de la transition énergétique, le salon BePOSITIVE évolue et repositionne son offre au profit de toute une filière de professionnels et devient en mars 2017 le salon de la performance ...

    22 décembre 2016

  • Evenement

    BePOSITIVE : un programme inédit.

    Découvrir, se former et s’informer : les trois promesses de BePOSITIVE.

    22 décembre 2016

Dossiers de la rédaction
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...
  • 1 mai 2016
    Géocooling, humidification de l’air, ventilation nocturne… Les systèmes de rafraîchissement dits passifs émergent. S’ils s’avèrent encore minoritaires, ils pourraient bien, avec la démocratisation des immeubles de bureaux à énergie positive dits Bepos, ...

Produits et Services