Réglementation

« Non au chauffage électrique peu performant qui aggravera la facture des Français »

| 15 mai 2019 |

Alors qu’une note de l’administration visant à nourrir les travaux sur la RE 2020 invite à abaisser le coefficient de conversion en énergie primaire pour l’électricité, la filière gaz dénonce, aux côtés de l’UMGCCP-FFB et du Synasav, « la volonté des pouvoirs publics de donner un avantage significatif aux solutions électriques peu performantes, au mépris des efforts d’efficacité énergétique attendus par ailleurs ».


L'AFG, le CFBP, Uprigaz, Coenove, Energies et Avenir ainsi que l’UMGCCP-FFB et le Synasav s’inquiètent dans un communiqué commun du retour en force du radiateur électrique qu’impliquerait une « baisse artificielle » du coefficient de passage d’énergie finale électrique à primaire de 2,58 aujourd’hui à 2,1.

« En fixant un coefficient artificiellement bas (2,1  contre  2,58 aujourd’hui), décorrélé du mix de production réel de l’électricité, les pouvoirs publics signent le retour du chauffage électrique par  convecteurs  à  effet Joule  peu  performants,  conduisant  à  augmenter les  besoins  de puissance électrique en hiver (pointe électrique), indiquent ces derniers. Si  le  convecteur  électrique  redevient la solution de référence en construction neuve, la commercialisation de tous les autres équipements performants généralisés par la RT2012 risque d’être stoppée brusquement. Ces solutions seront écartées sur le seul critère de leur coût d’investissement, au détriment des objectifs d’efficacité énergétique et de transition énergétique (…) Or, même si le convecteur électrique semble avantageux à l’achat, la facture mensuelle d’énergie des ménages risque de bondir de 25 % ».

Et, selon eux, les dégâts ne se limiteraient pas au logement neuf. « Si l'effet Joule revient en force dans les bâtiments neufs, c'est toute la rénovation du parc existant, déjà mal en point, qui en souffrira, faute de bénéficier de systèmes énergétiques performants. Au-delà de la RE 2020 pour les bâtiments neufs, c’est l’ensemble du parc existant qui sera impacté en matière de rénovation des logements électriques anciens. La baisse artificielle du coefficient fera sortir de la catégorie des  passoires thermiques et sans le moindre geste de rénovation, plus d’un million de logements ».



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Le plein de nouveautés et d'innovations

    Une véritable vitrine des nouveautés et innovations des secteurs du bâtiment et de l’énergie

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Les temps forts du salon

    Un concentré d’animations et de temps forts pour découvrir, se former, s’informer

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ BEPOSITIVE

    Découvrez les ateliers du génie Climatique

    Animés par Génie Climatique Magazine et l'UMGCCP, les ateliers du génie climatique sont proposés sur les 3 jours du salon. Découvrez ci-dessous le programme.

    24 janvier 2019

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services