Réglementation

Eco-conditionnalité : pour la Capeb, « une formidable opportunité de marché »

Elise Kuntzelmann | 3 juillet 2013 |

Photo : DR
Suite à l’annonce gouvernementale de l’entrée en application de l’éco-conditionnalité au 1er juillet 2014, la Capeb, bien que ravie par la nouvelle, relève certaines conditions indispensables à sa réussite. Détails.

 À compter du 1er juillet 2014, le principe d’éco-conditionnalité pour les travaux de performance énergétique aidés dans le bâtiment entrera en application. Les aides financières aux particuliers seront accordées sous réserve que l’entreprise soit titulaire d’un signe de qualité RGE. La Capeb se félicite de cette mesure qu’elle dit avoir attendue depuis longtemps. « Les ECO Artisans avaient anticipé le défi de l’éco- conditionnalité, je souhaite que les autres entreprises se saisissent, à leur tour, de cette formidable opportunité de marché », a indiqué le président Patrick Liébus,

Dans un communiqué, la Confédération revient cependant sur les conditions nécessaires pour que les professionnels et les clients s’emparent de ce nouveau principe. Elle indique ainsi que l’État devra mettre en place trois mesures :

-Assurer dès à présent le financement des programmes FEEBat (Formation aux Economies d'Energies des entreprises et artisans du Bâtiment) et RAGE (Règles de l’Art Grenelle Environnement) au-delà du 31 décembre 2013, car ils permettent de former les professionnels et d’établir les nouvelles règles de l’art ;

-Mettre en place une double campagne de communication pour inciter les entreprises à se former et pour informer le grand public ;

-Mettre en place sans tarder dans la période allant jusqu’au 1er juillet 2014 des « ECO avantages » pour que les entreprises pionnières RGE soient avantagées et surtout pour que les autres entreprises soient incités sans tarder à devenir elles aussi RGE.

 

De leur côté, les organisations professionnelles, les artisans et petites entreprises du Bâtiment devront mener plusieurs actions :

-Mobiliser le terrain et l’ensemble de nos structures locales au plus près du terrain pour sensibiliser les entreprises ;

-Maintenir l’offre de formation, notamment FEEBat (Formation aux Economies d'Energies des entreprises et artisans du Bâtiment) ;

-Promouvoir les signes de qualité « Reconnu Grenelle Environnement », comme ECO Artisan®.

 

La Capeb souligne que cette mesure sera effective alors que le marché de la performance énergétique suit une tendance préoccupante. La croissance des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements (APEL) fléchit, en effet, fortement : + 0,5 % de progression contre + 3 % au même trimestre de l’année précédente.

La FFB Rhône-Alpes et CertiNergy également réjouis

La FFB Rhône-Alpes a salué "une décision importante pour la rénovation énergétique des bâtiments". Jacques Chanut, son président a précisé :

« Notre fédération soutient cette décision qui marque une avancée majeure pour le marché de la rénovation énergétique des logements. C’est une bonne chose pour notre profession qui dispose déjà en Rhône-Alpes de nombreuses entreprises qualifiées RGE. Cette décision doit conduire à renforcer cette dynamique ».

CertiNergy, entreprise qui fédère le réseau Certy PRO, se réjouit également de cette entrée en vigueur. Elle indique avoir anticipé cette réglementation il y a un an déjà, en récompensant financièrement les acteurs performants du marché en possession d’un signe de qualité « Reconnu Grenelle Environnement » (RGE) via l’Eco-Avantage. Elle annonce en outre le lancement au 1er juillet 2013 du service « Cap RGE ». Il propose aux artisans adhérents du réseau Certy PRO de bénéficier d’un véritable accompagnement dans leur démarche d’obtention d’un signe de qualité RGE.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Consulter l'intégralité du dossier " Éco-conditionnalité obligatoire au 1er juillet 2014 "

Consulter l'intégralité du dossier " Performance énergétique : en route vers l’éco-conditionnalité "

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • INTERVIEW D'EMMANUEL ACCHIARDI

    « N’ayez pas peur ! »

    Sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction au sein des ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires, Emmanuel Acchiardi livre à Génie climatique Magazine les premières ...

    4 octobre 2018

  • ENQUÊTE

    Le photovoltaïque sera-t-il vainqueur par KO ?

    Mise en place en vue de rédiger la future réglementation thermique, l’expérimentation E+Ctouche bientôt à sa fin. Les tendances qui se dessinent font craindre aux acteurs du génie climatique un cadre réglementaire qui invite à tartiner les toits ...

    3 octobre 2018

  • Bruit des PAC : Comment s’y retrouver dans la jungle des dB ?

    Si chercher à connaître le bruit d’une PAC peut s’apparenter à un travail de détective, comprendre les niveaux sonores affichés par les fabricants ne suffit pas. Pour s’y retrouver dans la jungle des dB, il faut, en plus de patience, faire preuve ...

    6 juin 2018

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...