Profession

« Les installateurs vont à la simplicité et installent donc de la simple flux »

Propos recueillis par Thomas Hamon | 23 mars 2018 |

Débarquement repoussé du double flux en France, démocratisation du vecteur air dans les maisons… Etienne Vekemans, président de l’association « La Maison Passive » et directeur scientifique du salon PassiBAT qui s’est déroulé à Paris les 20 et 21 mars, se confie à Génie Climatique Magazine.

Comment expliquez-vous que la VMC double flux ne décolle toujours pas dans le résidentiel en France ?

Je pense que les gros acteurs de la ventilation ne forment pas assez, par manque de temps, les installateurs à la VMC double flux.


Manque-t-il un métier de « ventiliste » ?

Pourquoi pas donner un nouveau qualificatif aux installateurs, mais il faut surtout former les personnes et expliquer aux installateurs qu’une VMC double flux est un système plus efficace, en termes de confort de qualité d’air et de consommation, mais également plus complexe à mettre en œuvre qu’une VMC simple flux. Les installateurs vont naturellement à la simplicité et, plutôt que de se casser la tête avec une VMC double flux, installent ce qu’ils savent faire, de la simple flux. Et je ne parle pas du prix de la VMC double flux qui est également un frein…


Comment y remédier ?

Nous travaillons sur des solutions moins chères. On peut trouver en Allemagne des systèmes double flux à 3 000 euros par logement. Mais cela est dû à la massification du marché. Outre-Rhin, la double flux représente plus de 30 % des ventes de systèmes de ventilation. Aux Pays Bas, il n’y a quasiment plus de simple flux. Donc forcément, les prix baissent. La démocratisation de la double flux dans ces deux pays s’explique par une double pression : les citoyens y exigent une bonne qualité de l’air intérieur et les institutions imposent des bâtiments qui consomment très peu. Or la double flux est incontournable pour avoir des bâtiments à la fois performants énergétiquement et offrant une haute qualité de l’air intérieur.


La ventilation double flux est donc le système de ventilation ultime ?

La double flux, en rénovation, est encore plus complexe à mettre en place car il faut disposer de hauteurs sous plafond suffisantes. Il faut donc trouver des systèmes plus intelligents que ce que nous faisons en ce moment et qui permettent d’éviter de mettre des canalisations énormes partout. La ventilation mécanique par insufflation (VMI) peut dans ce cas être une solution.Mais l’installation n’est pas la seule problématique à considérer. Tous les systèmes de ventilation mécanique demandent un entretien. Des systèmes double flux mal entretenus vont avoir un impact négatif direct sur la qualité de l’air du logement. Il y a sur cet aspect un large champ d’innovations possibles et beaucoup de produits à développer plus simples à entretenir.


Pensez-vous que la future règlementation thermique, qui découlera de l’expérimentation E+C-, généralisera la construction passive ?

Oui, l’expérimentation E+C- va généraliser le passif. Nous sommes optimistes sur ce sujet car l’expérimentation valorise la très basse consommation et les matériaux décarbonés. C’est donc de passif dont on parle !


Le vecteur air va-t-il, demain, triompher sur le vecteur eau pour le chauffage des maisons ?

Le vecteur air est historiquement le socle de la construction passive. Ce vecteur air est cependant moins pertinent dans le tertiaire où certains bâtiments sont soumis à des relances en température pour se chauffer car ils ne sont pas chauffés le weekend ou pendant les vacances. La remontée en température est plus difficile avec le vecteur air. Mais dans le résidentiel, c’est la façon la plus élégante car la consommation est tellement faible qu’on peut se permettre de distribuer de la chaleur dans le logement avec la seule VMC double flux, sans faire appel ni à la surventilation ni aux appoints de chauffage.




Lire notre article Insufflation, effet Joule et autoconsommation : recette bretonne pour tendre vers une facture énergétique nulle



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Bruit des PAC : Comment s’y retrouver dans la jungle des dB ?

    Si chercher à connaître le bruit d’une PAC peut s’apparenter à un travail de détective, comprendre les niveaux sonores affichés par les fabricants ne suffit pas. Pour s’y retrouver dans la jungle des dB, il faut, en plus de patience, faire preuve ...

    6 juin 2018

  • R32 : L’écart avec l’échappée se réduit

    C’est pour Daikin et Panasonic la fin d’une longue échappée dans la course au R32. Le « bon de sortie » dont ils ont bénéficié jusqu’à présent semble levé. Toshiba visse pour se mettre dans leur roue et venir prendre le relais. Laissant jusqu’ici ...

    28 mai 2018

  • R32 : Les leaders en gardent sous la pédale

    Pour la première fois ce printemps, les cinq leaders de la PAC en France vont proposer des gammes au R32. Si tous partagent le sentiment que le retrait du R410A est engagé, ils n’envisagent pas tous la bascule pour cette année.

    26 avril 2018

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services