Profession

« Un jeune s’identifiera plus à un meilleur apprenti de France qu’à un chef d’entreprise »

Propos recueillis par Thomas Hamon | 26 septembre 2017 |

© Compagnons du Devoir
Soël Kerimici, responsable de l'Institut des métiers du sanitaire et du génie climatique au sein des Compagnons du Devoir, souhaite attirer plus de jeunes dans les formations liées au génie climatique.






La filière génie climatique est-elle bien représentée chez les Compagnons du Devoir ?

Il y a aujourd’hui plus de 500 apprentis dans les métiers du sanitaire et du génie climatique. Nous avons aujourd’hui 17 centres de formation en génie climatique, accompagnés par l’Institut des métiers qui a pour mission de développer les formations dans ce domaine. Le recrutement des apprentis est en baisse depuis deux ans car nous souffrons de l’image du métier auprès du grand public, malgré le développement des activités de ce secteur qui le rend largement attrayant et porteur d’emplois.


Comment attirez-vous les futurs jeunes plombiers/chauffagistes chez les Compagnons ?

Nous attirons dans un premier temps les jeunes sur les réseaux sociaux, stratégie qu’on a mis en place il y a deux ans. Une grosse part du recrutement se fait via ces canaux. Quand on publie un post, nous recevons en une semaine plus de 100 réponses. Les jeunes s’identifient car on met en avant un élément de langage adapté et nous faisons en sorte que l’image du métier soit attrayante. Un jeune s’identifiera plus à un meilleur apprenti de France en formation qu’à un chef d’entreprise d’un certain âge. Nous communiquons également sur le fait qu’un jeune peut aller du CAP jusqu’à la licence professionnelle chez les Compagnons. Le fait de proposer ce parcours rassure également les parents. On peut prétendre à des postes de conducteur de travaux avec une licence. C’est un argument qui met la puce à l’oreille…


Y a-t-il des formations à l’étranger ?

Nous obligeons chaque apprenti à partir au moins trois semaines à l’étranger sur les deux ans de son CAP, afin qu’il soit mobile. Le fait de voyager et de découvrir une autre culture déclenche une réelle envie de voyage. Nous voulons également développer un modèle de mobilité plus longue pour les apprentis, où le jeune part en apprentissage pendant plusieurs mois dans un autre pays européen... C’est un argument important que de dire au jeune qu’il peut voyager pendant son apprentissage.


Un apprenti plombier passe combien de temps sur les bancs de l’école ?

Sur cette rentrée 2017, nous expérimentons un nouveau modèle d’apprentissage afin que l’entreprise soit au cœur de la formation. Sur les deux ans de formation, l’apprenti passera, non plus 24, mais 8 semaines en centre de formation. Le reste du temps, il apprendra son métier en entreprise. Dans l’entreprise, l’apprenant sera encadré par un maître d’apprentissage formé par les Compagnons du Devoir. En parallèle, un maître de stage accompagnera une fois par mois chaque apprenant dans l’entreprise pour personnaliser sa formation. Le jeune fera ainsi 90 % de son apprentissage en entreprise. En complément, il approfondira ses connaissances professionnelles grâce à des outils de formation à distance.


Les entreprises du génie climatique cherchent des techniciens à l’aise avec les outils digitaux, mais elles n’en trouvent pas. Pensez-vous que les futurs chauffagistes seront obligés d’être formés sur ces outils ?

Clairement. L’internet des objets connectés a depuis quelques temps un énorme impact sur l’entreprise et les consommateurs. Cela améliore les modes de communication et change le quotidien des entreprises. La transition numérique se ressent et la maquette numérique a un avenir énorme dans notre métier. Pas directement liée à l’artisanat mais indirectement aujourd’hui sur notre façon de collaborer avec les différents acteurs de la construction. L’avenir nous le dira mais l’engouement est réel autour du BIM.


© Compagnons du Devoir





Lire notre article Airwell plonge dans le BIM


Lire notre article Pourquoi les PME du génie climatique devraient s’inspirer de Toyota



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mardi 7 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mercredi 8 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du jeudi 9 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...