Profession

« Nous avons l’électricien et le chauffagiste, il est temps d’avoir un métier de ventiliste »

Propos recueillis par Eric Leysens | 22 septembre 2017 |

Un groupement d’acteurs de la ventilation double flux a profité de la Journée nationale de la qualité de l'air, mercredi 20 septembre, pour lancer un « consuel de la ventilation ». A la tête du bureau d’études vosgien Thermair, Cédric Rosa est l’un des initiateurs de ce label baptisé Qualiventil qui vise à faire émerger un métier de ventiliste. Génie Climatique est allé à sa rencontre pour en savoir plus.

Vous lancez une sorte de « consuel de la ventilation » baptisé Qualiventil. Qu’est-ce qui motive cette démarche ?

Nous constatons que les calculs de débits et de pertes de charges sont rarement faits, les gaines sont trop souvent non étanches et la plupart des installateurs pensent qu’une VMC double flux s’auto-paramètre seule. Côté client, alors que les ménages reçoivent un consuel pour une installation électrique ou un PV de réception pour une chaudière gaz, ils n’ont rien qui certifie la « bonne pose » d’une VMC ou d’un système de ventilation performant.

L’objectif de Qualiventil est donc de certifier l’installation d’une double flux ou tout autre installation de ventilation performante avec un accompagnement qui va de l’étude à la mise en route. Cela est d’autant plus primordial que nous sommes là dans le registre de la qualité  de l’air et donc de la santé des occupants. L’idée directrice est ainsi de faire émerger à côté de l’électricien et du chauffagiste, un nouveau métier de ventiliste, capable de gérer seul une installation de son étude à sa mise en route.

La VMC double flux a déjà du mal à se faire une place. Ajouter un coût supplémentaire à son installation avec une certification ne risque-t-il pas de freiner un peu plus son arrivée?

Nous n’avons pas pour l’heure décidé s’il s’agirait d’un forfait ou d’un pourcentage du montant de l’installation. Mais le fait de passer par une qualification Qualiventil peut permettre de mieux dimensionner et ainsi d’optimiser le coût global de l’installation.
Aussi, elle sera un argument de taille pour la prescription.  Car pour l’heure, beaucoup de contre - références font mal à la double flux. Je croise beaucoup d’architectes qui me disent ne pas vouloir mettre de double flux, car ils ont vu des installations mal posées et non réglées et du coup, ils disent elle ne fonctionne pas. Cette certification va permettre de garantir un bon fonctionnement.

 

Voyez-vous d’autres blocages à lever pour permettre à la  double flux de progresser ?

Tout d’abord la double flux est défavorisée dans le moteur de calcul de la RT 2012 qui ne prend pas bien en compte son rendement. Dans la RT 2012, le passage d’une simple flux à une double flux multiplie par deux la consommation des ventilateurs alors qu’en réalité, avec des moteurs CE (à commutation électronique),  l’ordre de grandeur est plus petit.

Aussi, la VMC double flux est mal vendue. Quand vous expliquez le gain apporter, en termes de confort, en évitant de faire passer de l’air froid par les menuiseries et, d’un point de vue sanitaire, en permettant de filtrer l’air qui rentre, les gens ne regardent plus la différence de prix avec une simple flux de la même façon. Le couplage possible avec un équipement de production d’eau chaude sanitaire et surtout diminuer le coût d’une installation mais aussi son coût énergétique de fonctionnement.

Il y a également la difficulté d’en installer en rénovation ? 

Il existe denombreuses solutions pour passer à la double flux en rénovation. Si la rénovation est importante, on peut se permettre de mettre un réseau partout grâce à des gaines semi-plates, qui font l’épaisseur d’un rail de placo, dans les murs ou les faux-plafonds. Nous voyons également des solutions mixtes apparaitre : double flux avec gaines aux étages et équipement décentralisé au RDC.  Il est également possible de ventiler uniquement avec des systèmes décentralisés, voire de coupler la ventilation avec d’autres systèmes et ainsi faire l’eau chaude sanitaire avec les calories de l’air vicié.

 

Voyez-vous les mentalités évoluer chez les acteurs du génie climatique concernant la ventilation?

Nous observons, dans les formations que nous menons, les entreprises du génie climatique s’organiser pour acquérir des compétences en ventilation. Elles envoient un collaborateur se former de manière à avoir au sein de leur structure un spécialiste capable de poser des VMC dans les règles de l’art. Ainsi elle dispose d’un « Monsieur ventilation » qui, lorsqu’il n’y a pas de chantier de VMC,  se consacre à l’installation d’équipements de chauffage.

Par ailleurs, nous voyons également émerger des réseaux de gens compétents dans le domaine de la ventilation autour de la construction passive, concept né en Allemagne qui s’appuie sur une VMC double flux performante et parfaitement posée pour faire descendre les besoins de chauffage sous les 15 kWh/m²/an. Un collectif existe déjà dans Nord, nous en montons un dans le Grand Est et les choses bougent en Bretagne.  

 

Qualiventil a-t-il d’autres ambitions ? 

Nous souhaitons favoriser le développement de système innovant performant comme par exemple des systèmes 3 ou 4 en 1 pour la rénovation. Des équipements permettant de faire chauffage, ECS, ventilation et rafraîchissementexistent, mais sont dimensionnés pour le neuf et non adaptés à la petite rénovation.  

Nous sommes donc en train de négocier avec des fabricants pour qu’ils adaptent leur équipement aux logements existants. Cela n’est pas simple car arriver sur le marché français avec de nouveaux concepts implique d’obtenir le sésame du CSTB et, de plus, quand le système est innovant, les assureurs ne sont pas partants. Mais nous sommes confiants dans la possibilité de voir débarquer ces nouveaux systèmes 3 en 1 pour la rénovation en fin d’année en France.



Lire notre article « Les avantages de la VMC double flux sont méconnus des acteurs du génie climatique »

Qui est derrière Qualiventil ?

Kaltenbacher Martin (retraité, premier à avoir certifié un échangeur rotatif au Passihaus institut)

Rosa Cédric (fondateur de Thermair, bureau d’étude Thermo-fluide, et maître d’œuvre en conception passives)

Chomik Stephan (distributeur de matériels)

Machhi Pierre (constructeur maison passive)

Scherrer Michel (spécialiste de la mesure de perméabilité à l’air des bâtiments et des réseaux)

Villaeys Olivier (courtier en assurances)

Wolf Hubert (Architecte)

Schmitt Lionel (Informaticien)



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone

    Avant la fin de l’année 2017, la majorité des logements chauffés collectivement devront avoir installé des répartiteurs ou des compteurs de manière à proposer des factures de chauffage individualisées. Parallèlement cela pourrait bien être ...

    1 décembre 2016

  • Ce que vous devez savoir sur les chaufferies bois

    - La filière d’approvisionnement existante et les types de combustibles bois disponibles localement sont des critères importants à prendre en compte lors de l’étude préalable d’une chaufferie bois. - Les deux principaux textes réglementaires ...

    1 décembre 2016

  • « Les énergies d’aujourd’hui et de demain »

    La filière du génie climatique s’est réunie à Marseille les 14 et 15 octobre aux cotés des chefs d’entreprises de génie climatique à l’occasion du congrès 2016 de l’UECF : fabricants, distributeurs, négoces, énergéticiens, organismes de ...

    1 décembre 2016

Dossiers de la rédaction
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...
  • 1 mai 2016
    Géocooling, humidification de l’air, ventilation nocturne… Les systèmes de rafraîchissement dits passifs émergent. S’ils s’avèrent encore minoritaires, ils pourraient bien, avec la démocratisation des immeubles de bureaux à énergie positive dits Bepos, ...

Produits et Services

Évènements