Profession

Le photovoltaïque, vainqueur par KO sur le ring du label E+C-

GC Magazine | 5 juillet 2017 |

Que faut-il changer sur une maison RT 2012 de 112 m² située à Agen pour qu’elle arrive à franchir les niveaux du label E+C- qui préfigure la prochaine réglementation thermique ? La société de conseil toulousaine TBC Innovations, spécialisée dans l’innovation dans le bâtiment, a simulé différentes combinaisons d’équipements.

Le nouveau label E+ C- propose quatre niveaux de performance pour l’« Energie » – bilan énergétique prenant également en compte, pour la première fois, les consommations des équipements électroménagers et informatiques – et deux pour le « Carbone » – estimation des émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment et sur les produits de construction et équipements utilisés.

La société de conseil TBC Innovations est partie d’une maison RT 2012 de 112 m² située à Agen, dotée d’une VMC simple flux classique pour le renouvellement d’air, d’un CET sur air extérieur pour la production d’ECS et d’une chaudière à condensation gaz pour le chauffage, et à identifier les modifications technologiques nécessaires pour atteindre les différents niveaux du label, aussi bien côté « Energie » que « Carbone ».


Un zeste de solaire thermique pour être Energie 2


L’étude montre que le niveau Energie 2 – un peu plus exigeant que la RT 2012 – est facilement atteignable lorsqu’on remplace la VMC classique par une VMC simple flux hygroréglable de type B et le CET sur air extérieur par un chauffe-eau solaire thermodynamique individuel (CESI) avec 5 m² de panneaux solaires thermiques.

Le seuil Energie 3 – qui correspond à un bilan énergétique tous postes confondus (électroménager et télé compris) inférieur à 91 kWhep/m² –, est, lui, atteignable dans deux cas distincts. La première possibilité consiste, en plus des équipements retenus pour être Energie 2 (VMC hygro B et CESI), à recourir aussi à une énergie renouvelable pour le chauffage, en l’occurrence une chaudière à condensation au bois à la place du gaz.


Une dose de photovoltaïque pour être Energie 3


Mais il est également possible de ne changer aucun des équipements de la maison RT 2012 et de se contenter d’installer 15 m² de panneaux photovoltaïques sur le toit – en conservant la VMC classique, le CET sur air extérieur et la chaudière à condensation gaz. En effet la production photovoltaïque pèse pour beaucoup dans le bilan énergétique car elle bénéficie du coefficient de 2,58 appliqué à l’électricité pour passer de l’énergie finale à l’énergie primaire.




Toutefois, certains de ces choix technologiques peuvent entraîner une augmentation des émissions carbone sur l’indicateur « produits de construction et équipements ».


Manque de toiture pour être énergie 4


Pour prétendre au niveau « Energie 4 », le bilan énergétique doit être nul. Toutes les consommations – y compris électrodomestiques – doivent être compensées et il est donc indispensable de recourir à la production locale d’énergie, à savoir le solaire photovoltaïque. Mais la surface disponible en toiture est loin d’être suffisante pour atteindre le niveau « Energie 4 » :


- avec 20 m² de panneaux PV sur la toiture plein sud avec les équipements initiaux (VMC classique et CET sur air extérieur), le bilan est de 37,9 kWhep/m², le niveau 4 n'est donc pas atteint;


- avec 20 m² de panneaux PV sur la toiture plein sud (en plus de l'installation du CESI) et de 30 m² sur la toiture nord, le bilan Bepos est de 14,3 kWhep/m², le niveau 4 n'est donc également pas atteint ;


- avec 52 m² de panneaux PV orientés plein sud avec les équipements initiaux, le bilan serait de – 1 kWhep/m². Mais cette surface de panneaux est supérieure aux 30 m² disponibles sur la pente sud de la toiture. Pour mettre en œuvre cette solution, il faudrait donc soit envisager de positionner les panneaux au sol (toute la surface du permis de construire est disponible), soit revoir la conception architecturale et utiliser une toiture plate.


« L’atteinte de ce niveau « Energie 4 » est donc relativement difficile. Il exige un travail important sur la diminution des consommations afin de limiter la surface nécessaire de panneaux photovoltaïques », nous explique Bérenger Favre, ingénieur chez TBC. Mais l’étude démontre avant tout que le label E+C- pousse à l’implantation de source de production d’énergie locale comme les panneaux PV.


 

Lire notre article Les imperfections du nouveau label « Bâtiment à énergie positive et réduction carbone »





PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUE

    BePOSITIVE : les solutions pour l’efficacité énergétique des bâtiments se dévoilent à Lyon.

    Confort thermique et climatique, gestion de l’eau, équipements électriques, pilotage et gestion active des bâtiments : découvrez tous les produits, services et technologies grâce à un espace dédié à toutes les énergies dans le bâtiment.

    13 janvier 2017

  • Publi-communiqué

    Découvrez BePOSITIVE 2017.

    Face aux nombreuses mutations du secteur et aux enjeux de la transition énergétique, le salon BePOSITIVE évolue et repositionne son offre au profit de toute une filière de professionnels et devient en mars 2017 le salon de la performance ...

    22 décembre 2016

  • Evenement

    BePOSITIVE : un programme inédit.

    Découvrir, se former et s’informer : les trois promesses de BePOSITIVE.

    22 décembre 2016

Dossiers de la rédaction
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...
  • 1 mai 2016
    Géocooling, humidification de l’air, ventilation nocturne… Les systèmes de rafraîchissement dits passifs émergent. S’ils s’avèrent encore minoritaires, ils pourraient bien, avec la démocratisation des immeubles de bureaux à énergie positive dits Bepos, ...

Produits et Services