Entreprises et marchés

Être E3C1 avec une chaudière gaz ? Possible avec un plancher chauffant bien régulé et une dose de photovoltaïque

GC Magazine | 10 février 2018 |

© Ericlor
Le constructeur tourangeau de maisons individuelles Ericlor a inauguré, vendredi 2 février, la première maison labellisée E3C1 de la région Centre-Val-de-Loire. Située à Montlouis-sur-Loire, elle associe chaudière à condensation gaz, planchers chauffants sur deux niveaux et VMC double flux.




S’inscrivant dans le cadre du projet Lab’Home soutenu par le gazier GRDF, la maison de 110 m² sur deux niveaux se veut une démonstration de la compatibilité de la chaudière gaz à condensation avec le niveau Energie 3 du référentiel E+C-, qui préfigure la prochaine réglementation thermique. « Cette maison illustre que l’énergie gaz naturel est un vecteur d’avenir qui a toute sa place dans le mix énergétique pour répondre aux enjeux de demain », nous glisse Regis Contreau chef produits systèmes de production d'électricité décentralisée chez GRDF.


Cette maison associe à la chaudière une VMC double flux, mais aurait très bien pu être dotée d’une VMC simple flux. « La VMC n’a pas d’incidence sur l’indicateur Energie, mais le fait d’avoir installé une VMC double flux est un gain important en termes de qualité de l’air et de confort. Elle aura peu d’impact sur les besoins de chauffage », nous indique Matthieu Crambert, directeur technique de Maisons Ericlor. Le renouvellement de l’air est en effet assuré par une ventilation double flux Inspir’Air développée par Aldes. Logée dans le local technique, cette double flux récupère les calories de l’air vicié des deux salles de bain pour préchauffer, via un échangeur, l’air neuf filtré (blocage de 99 % des poussières, pollens, particules fines, bactéries et COV).


La VMC double flux bloque 99 % des poussières, particules fines et COV.


Les besoins complémentaires de chauffage et d’ECS sont assurés par une chaudière gaz à condensation de 30 kW Naia de marque Atlantic. Equipée d’un bruleur modulant d’un rendement de 109 %, elle est associée à deux ballons d’ECS de 15 litres chacun, « uniquement pour le confort en terme d’ECS. La production de chauffage étant assurée en instantanée par la chaudière », ajoute Matthieu Crambert.


La chaudière gaz à condensation est fabriquée depuis février 2016 à Billy-Berclau dans l'usine Atlantic.


Aussi les émetteurs jouent sur la réduction de la consommation. La chaudière alimente deux planchers chauffants BT Rehau Equatio-Chauffant (un par niveau) pilotés par un système de pilotage Delta Dore. « Le plancher chauffant incorporé dans la dalle de l’étage permet de gagner 4 points de consommation d’énergie primaire (Cep) par rapport au plancher chauffant traditionnel grâce à la régulation spécifique développée par Rehau. La pose des planchers a pris trois jours, dont deux pour celui à l’étage. Ce dernier est incorporé dans la dalle de compression pour profiter de l’inertie. Il y a donc moins de béton et plus de confort thermique », développe Matthieu Crambert.

 

Le PCBT à l'étage a nécessité deux jours de pose.


Enfin, 8 m² de panneaux photovoltaïques Solterre – soit 6 panneaux – ont été disposés sur le toit pour la production d’électricité, qui sera stockée dans une batterie de stockage Storelio de Terreal. Il n’y aura pas de revente sur le réseau Engie. Au final, la maison ne consommera, pour les 5 postes réglementaires, que 7 kWh/m²/an d’énergie primaire, soit six fois moins qu’une maison qui répond aux normes de la RT 2012. Mais le référentiel E+C- ne se base pas uniquement sur ces 5 postes : il exige une consommation en énergie finale pour l’ensemble des consommations de la maison (télé, ordinateur et machine à laver comprises) inférieure à 94,8 kWhep/m²/an. La maison consommera, elle, tous usages confondus 93,9 kWhep/m²/an selon les estimations de Maisons Ericlor. « La maison n’aurait pas pu être E3 sans les panneaux PV. Il est impératif de produire pour compenser une partie des consommations », conclut Matthieu Crambert.



La batterie de stockage d'électricité est située dans le garage.


Les futurs occupants s’y installeront au mois de mars. 20 sondes et compteurs y ont été disposés afin de réaliser des mesures sur les consommations des équipements. Le temps dira si la réalité est conforme aux simulations.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mardi 7 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du mercredi 8 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

  • ATELIERS / DÉBATS - INTERCLIMA HALL 2 STAND A23

    Notre programme du jeudi 9 novembre

    Génie Climatique Magazine a concocté pour vous un programme aux petits oignons. Trois formats d’animations rythmeront la vie de notre stand (Hall 2 stand A23) durant les quatre jours du salon.

    3 novembre 2017

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services