Entreprises et marchés

"L'évolution du sertissage cuivre dans la climatisation est très rapide"

| 15 mai 2019 |

François Renaudin, directeur de la Business Unit France de Conex Bänninger, s'est livré à Génie Climatique Magazine sur la stratégie du groupe dans l'Hexagone.







Comment souhaitez-vous renforcer la présence de Conex Bänninger en France ?

Nous avons plusieurs axes pour augmenter nos parts de marché. Il y a d'abord notre développement sur l'OEM, à savoir traiter directement avec les fabricants de chaudières et autres équipements pour leur fournir nos raccords. Nous avons d'ailleurs recruté Anthony Badin il y a 18 mois maintenant, pour approfondir ces partenariats. Ensuite, nous passons évidemment par la prescription, et animons des ateliers dans différentes agences. Nous avons d'ailleurs désormais une équipe intégrée, et non plus des agents, ce qui permet de créer une réelle force de groupe. Et concernant nos produits, en fonction des domaines d'application, nous allons adopter une approche différente.

Laquelle ?

En climatisation et en réfrigération, nous souhaitons pérenniser le bel accueil qui a été fait au B-MaxiPro, un sertissage cuivre résistant à 48 bars, qui se réalise avec une pince de Rothenberger. Pour le sanitaire-chauffage, l'objectif premier est avant tout de sécuriser le marché avec du cuivre à souder, méthode classique et majoritairement répandue en France. Je garde toujours en tête le développement du sertissage pour l'eau et le gaz. Nous avons d'ailleurs un raccord "passe-partout", le B-Push, qui permet à l'installateur dans l'urgence de raccorder du PER, du multicouche ou du cuivre. Et puis j'attends des certifications françaises d'ici quelques mois pour notre gamme à sertir en inox.

Sentez-vous que le regard sur le sertissage cuivre évolue ?

En climatisation et en réfrigération, oui. Lors du dernier Sifa, un artisan m'a avoué que depuis qu'il utilisait le B-MaxiPro, il n'avait plus refait de brasure, alors qu'il gardait encore son matériel dans son utilitaire. En réalité, il faut encore convaincre l'installateur, mais aussi le distributeur. Si l'artisan doit faire 70 km pour acheter des raccords à sertir, il ne changera pas ses habitudes. Pour l'instant, notre but est donc de faire comprendre à tous que le sertissage apporte sécurité et rapidité d'intervention. Finies les bonbonnes de gaz et les demandes d'autorisation pour intervenir dans tel ou tel bâtiment. Le sertissage, c'est comme si vous arriviez avec une perceuse ! Quand les installateurs auront ça en tête, alors nous aurons réussi à faire évoluer les mentalités.


Regardez François Renaudin répondre aux questions de Génie Climatique Magazine :



PARTAGER

imprimer partager par mail

Newsletter

2 fois par semaine, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Le plein de nouveautés et d'innovations

    Une véritable vitrine des nouveautés et innovations des secteurs du bâtiment et de l’énergie

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ

    Les temps forts du salon

    Un concentré d’animations et de temps forts pour découvrir, se former, s’informer

    24 janvier 2019

  • PUBLI-COMMUNIQUÉ BEPOSITIVE

    Découvrez les ateliers du génie Climatique

    Animés par Génie Climatique Magazine et l'UMGCCP, les ateliers du génie climatique sont proposés sur les 3 jours du salon. Découvrez ci-dessous le programme.

    24 janvier 2019

Dossiers de la rédaction
  • 3 novembre 2017
    La démocratisation des logements basse consommation, parfaitement étanches à l'air, empêche le renouvellement d'air par les défauts de l'enveloppe. Cette nouvelle donne oblige à soigner la ventilation. C'est une affaire de santé publique.
  • 6 janvier 2017
    Associant une chaudière gaz ou fioul, une PAC air/eau fonctionnant à l’électricité et une régulation pilotant l’ensemble, les systèmes dits hybrides étaient, il y a encore trois ans, quasi inexistants. Sur la première moitié de l’année 2016, les ventes ...
  • 6 décembre 2016
    La combustion « froide » de la pile à combustible fait déjà le bonheur de près de 200 000 ménages japonais. Plusieurs vents favorables à cet équipement se lèvent aujourd’hui en France et les mastodontes allemands du chauffage mettent toutes voiles dehors.
  • 1 décembre 2016
    Une vague de thermostatisation va s’abattre sur l’Hexagone
  • 26 septembre 2016
    Les rayonnements solaires qui inondent l’Hexagone pourraient chauffer gratuitement l’eau de millions de Français. Pourtant, le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés sur nos maisons et nos immeubles ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Les ...

Produits et Services